Ludovic Frank - Développeur indépendant

Dans le monde du freelancing, deux modes de travail, la régie et le forfait

ionicons-v5-k Ludovic Frank 4 janv. 2023
Logo vague
295 lectures Niveau :

Bonjour, bonjour 😁,

Pour commencer l'année 2023, on va parler de freelancing, et plus particulièrement des différentes méthodes de travail dans le monde du freelancing.

Comme vous l'aurez compris en lisant le titre, les deux modes de travail répandus sont la régie et le forfait... mais késako ? 😛

Les missions en régie

Commençons par ça, car elle est très répandue, surtout quand le client est un grand groupe.

La régie est en fait, dans son fonctionnement assez proche du salariat.

Un freelance loue son temps à une entreprise pour une période donnée et un prix, par exemple si une entreprise a besoin d'un développeur Symfony pour une période de 6 mois, elle fera surement appel aux services d'un freelance pour répondre à ce besoin et la prestation se fera en régie.

Un freelance en régie propose un "TJM" (Tarif Journalier Moyen), cela correspond au prix que le freelance facture pour une journée de travail pour le client.

Je disais plus haut que la régie est proche du salariat, oui, mais il y a des différences :

  • Il n'y a pas de lien de subordination entre le client et le freelance, c'est un lien commercial.
  • Un freelance ne gagne pas un salaire, mais il génère du chiffre d'affaire, ce chiffre d'affaires doit prendre en compte les périodes "creuses" ou encore les périodes de maladie, car c'est sa propre entreprise (lui-même) qui lui verse un salaire chaque mois.
  • Si le freelance a besoin d'une journée ou une demi-journée pour traiter des affaires autres que celle du client, alors il peut le faire, mais bien sûr, il ne facture par ce temps au client.

Ce dernier point est très important, car les freelances sont aussi des chefs d'entreprise, il peut parfaitement arriver que le freelance ait besoin d'une journée pour par exemple, parler avec son expert-comptable.

C'est d'ailleurs une des valeurs "en plus", amené par le freelance, en effet il doit se débrouiller a faire sa pub, trouver des clients, du coup il sait comment fonctionne une entreprise (une petite, dans son cas) et a une vision plus entrepreneuriale que salarial, c'est mon cas par exemple quand je travaille sur des projets pour ou en collaboration avec des clients, je cherche plus à comprendre la finalité plutôt que "quelle technologie vais-je utiliser ?".

Il y a un point, qui distingue beaucoup le forfait par rapport à l'autre méthode de travail, c'est qu'en régie, le freelance loue son temps et il a seulement un "devoir de moyen" et non un devoir de résultat, ce qui veut dire que le risque pris par le freelance est moindre et donc la rémunération l'est aussi.

La prise de contact en régie

En régie, cela se passe généralement (mais pas exclusivement) par le biais de recruteurs.
Celui-ci a un besoin exprimé par un client et il cherche donc un freelance pour répondre à ce besoin.

Le processus de recrutement et très proche de ce qui se fait dans le monde du salariat, un CV sera demandé, divers entretiens...
Et parfois il y a des tests techniques.

(Personnellement, je refuse de passer des tests techniques et je mets fin au processus de recrutement dans ces cas-là, car selon moi, il y a d'autres méthodes pour savoir si je maitrise mon sujet ou non, par exemple. ce blog 😁)

Une fois le processus de recrutement terminé, un contrat de prestation est signé, la date de début est fixée et la prestation peut commencer.

La régie n'est pas nécessairement un tremplin vers le CDI

Je me permets d'écrire ce paragraphe, car je vois souvent des offres en freelance pour une "embauche à terme".

Désolé, mais ce n'est pas le sujet, si une entreprise cherche un nouveau collaborateur en CDI, alors pour ça il y a ce que l'on appelle la "période d'essai".

Il n'est pas impossible qu'un freelance décide au terme de sa mission de passer en CDI dans l'entreprise, mais cela n'est pas la norme.

Pour être en freelance, il faut avoir une entreprise structurée, enregistré auprès du tribunal de commerce, dans mon cas c'est une SAS et cette entreprise :

  • À des activités annexes (ce blog, des formations, des projets perso, etc.)
  • À ses propres actifs, ses propres contrats de prestation ... etc.

Pour moi retourner en CDI, voudrait dire mettre fin à une entreprise pour laquelle j'ai énormément travaillé (vraiment beaucoup), c'est pourquoi il n'est pas envisageable de retourner dans le monde du CDI.

Et on pourrait me dire : "Bah tu vas en CDI et tu gardes ta boite ?"
Oui, mais non, la trésorerie de la société vient en grande partie de mon activité de Freelance, si je suis en CDI, celle-ci n'entre plus d'argent en trésorerie et la structure finit par mourir.

Les prestations au forfait

Le forfait est plus proche du monde entrepreneurial que salarial.

Dans ce mode de travail, les notions de devis interviennent, ce qui n'est pas le cas en régie.

Comment cela démarre ?

Le client a un ou plusieurs besoins, il contacte donc un freelance pour répondre à ce besoin.

Après plusieurs échanges, de mise au point... et d'établissement du périmètre de la prestation, le freelance établit un devis.

Lors de l'établissement de ce devis, il y a plusieurs choses à prendre en compte :

  • Ici, il y a un devoir de résultat et non un devoir de moyen, si la prestation n'est pas réalisée, le freelance ne sera pas payé.
  • Le freelance doit bien prendre en compte sa trésorerie, si le projet est sur trois mois, alors il faut penser au fait que pendant 3 mois, il n'y a pas d'entrée d'argent en trésorerie, c'est pourquoi le versement d'un acompte est souvent demandé.

Dans le monde du développement, il est très difficile de prévoir le temps nécessaire pour réaliser une prestation, car souvent, il y a des surprises (la technologie a beaucoup changé, un bug inattendu qui prend des heures à corriger).

J'en parle d'ailleurs sur mon article qui explique "c'est quoi le travail de développeur ?".

C'est pourquoi l'établissement du devis ne doit pas être fait à la va-vite, il faut prendre le temps d'essayer d'évaluer ce qui va "bien se passer" et mal se passer.

Le risque doit payer...
Si vous êtes arrivés jusqu'ici, vous avez compris que dans le forfait, il y a un facteur "risque", qui n'existe pas en régie, lors de l'établissement d'un devis, il faut donc prendre en compte ce risque et donc ne pas simplement facturer un "TJM".

Si, en tant que freelance, ce risque semble trop gros pour vous, alors, il faut peut-être éviter le forfait.

Comme je le disais plus tôt, le devis, il faut prendre le temps de le faire, et généralement, un simple devis ne suffit pas.
Il faut que le client comprenne parfaitement de quoi il est question, c'est pourquoi, en plus du devis, créer une fiche avec des explications claires et détaillées.

Quand vous rédigez ce type de devis / contrat, imaginez toujours que vous êtes en face d'une personne qui ne connait rien à votre métier.

La prestation

Après plusieurs échanges, modification et clarification sur le devis, celui-ci est validé par les deux parties...
Dans les prestations de service, il y a souvent un acompte qui est prévu, du coup, dans ce cas-là, la validation du devis prend en compte le versement de l'acompte.

Ici, contrairement à la régie, il n'y a pas de notion de "temps passé", de ce fait, si un jour le freelance juge bon de travailler sur autres choses, alors il peut le faire.

Bien sûr, si le devis précise une date butoir pour la réalisation de la prestation, alors il s'y tenir.

Le freelance est donc son "chef de projet", il doit travailler de sorte que la prestation soit réalisée comme précisée sur le devis qu'il a lui-même établis.

Une fois la prestation réalisée et le client satisfait, alors le freelance émet la facture qui correspond au reste à payer.

La gestion du stress et le risque

C'est selon moi, le cœur du sujet de la prestation au forfait, en effet, en travaillant au forfait : le freelance prend des risques, il ne faut surtout pas sous-évaluer cela.

Je m'explique, souvent dans ce genre de prestation vous allez tomber sur un problème bloquant (en développement logiciel je veux dire),
Si vous n'avez pas l'habitude de travailler ainsi, vous pouvez assez facilement aller dans la panique, et là, ça peu vite devenir compliquer.

De ce fait, faites des prestations au forfait, si vous êtes vraiment sûr de votre capacité à répondre aux questions de vos clients et que vous savez gérer la pression.

Conclusion

Dans ce petit article du monde du freelancing, j'ai tenté de vous mettre en avant ma vision des deux méthodes de travail...
Si vous vous demandez, je pratique plus le forfait que la régie, justement cette prise de risque me plait énormément 😍.
Et je peux vous dire que quand on a fait la bêtise une fois, on ne l'a refait jamais.

La régie est une bonne alternative pour des périodes "plus calmes", mais quand on veut vraiment s'amuser, le forfait est roi

Passez une très bonne journée et à la semaine prochaine 😁